Mixtes 2016-2017

Série : Avatar & Autres

Mixtes 2014-2015

Au cours de mes voyages j’ai fais des rencontres... beaucoup. Depuis je vois l’Autre avec ses différences mais aussi parce qu’il me ressemble... et c’est à travers moi-même, avec comme a priori mes idées, que je m’invente tout autant que celui que je découvre.

Dans l’instant de la rencontre, trois représentations s’entremêlent pour laisser apparaître celui que j’ai a en face. Il existe pour ce qu’il me donne à voir, pour ce que j’imagine de lui et pour ce qu’il est réellement.

Série : IDENMIXITé

J’ai beaucoup voyagé, me confrontant ainsi à la différence des autres et par là même aux reflets de mes propres origines et de mon identité. Pendant mes voyages et encore aujourd’hui, j’ai souvent entendu cette même question. « Mais avec tout ces pays rencontrés… au fond… d’où viens-tu ? » Au début il m’était difficile de répondre : « de nulle part ! ». Considérant que le fait de vivre ailleurs que là où j’étais née, ne m’autorisait pas à nier mes origines françaises. Comme si j’avais honte de raconter l’expérience tranquille d’une identité démultipliée. Aujourd’hui c’est de plus en plus facile pour moi d’affirmer que je ne viens de partout ! Et je suis ce que je suis. Une femme, de peau claire, aux cheveux bruns et yeux noirs... la quarantaine : soit un être humain à l’image de son pays d’origine et de ses souvenirs d’ailleurs.

Voici le point de départ de ce travail axé sur l’esthétique de l’évolution physique de l'homme. Je n’ai pas souhaité créer de nouvelles limites à l’image de l’être humain. J’ai simplement souhaité dépasser les limites existantes, pour mieux axer mon travail sur l’image de l’être métissé. Ces limites sont des signes graphiques, des formes dont on peut reconnaître l’origine. Leur juxtaposition mets en relation différents pays et donc différentes identités pour donner une réponse visuelle aux questions déjà posées par Gauguin en 1898 avec son tableau D’où venons nous ? Que sommes nous ? Où allons nous ? Même si je ne sais pas si c’est la bonne direction je mélange les origines dans un tourbillon de formes et couleurs qui déconstruisent la réalité et ses signes de reconnaissance pour en reconstruire une autre… différente… qui se voudra de plus en plus autonome. Elle sera cet « autre » qui ne souhaite ressembler à rien d’autre qu’à lui même.

Série : Pseudo Skype
Être à l’excès...

Ces êtres représentés sont des hommes et des femmes, furtivement captés par le cliché d’un téléphone portable mais aussi, et plus certainement les proies anonymes de mes recherches plastiques. Ils ne ressemblent plus à ce que la nature leur a offert comme physique. Ces êtres ne sont plus… par excès d’images. Leur individualité disparaît au fur et à mesure que l’acte créateur détruit notre envie de savoir sur qui ils sont. La surabondance d’images fige l’individu pour laisser place à son énigmatique absence.

Sommes-nous frustrés de ne pouvoir exercer notre droit à la ressemblance… non car une autre frustration survient, plus forte : celle de ne pouvoir résoudre l’énigme. La chose est là, serait-ce une photo, un montage, un dessin, une peinture ? Pourquoi ces trames numériques ? Si pour moi l’acte créateur réside dans nécessité absolu à donner à voir une énigme avant de la résoudre, le besoin du spectateur à vouloir l’élucider reste incontournable. Comme le disait Martin Heidegger dont le propos soutient aujourd’hui ma réflexion « …l’œuvre est présente en soi… » et « Les recherches en histoire de l’art peuvent alors déterminer leur provenance et leur appartenance historiques. » Personnellement il me faut de donner à voir un ensemble de choix qui réunis forment un tout, c’est à moi de l’inventer et enfin de m’en délecter pour être, à mon tour, prise au piège de l’énigme.

Même si la production de l’œuvre à son terme, peut être interprétée, personnellement ce qui m’interpelle est la réalité des instants artistiques qui se juxtaposent. Ceux qui me parlent d’absolu dans l’expression et celui qui me permet de décider que l’œuvre est achevée.

Maintenant, pour parler du processus de création : les multiples écrans, autres logiciels et applications que j’utilise, offrent un infini de possibilités graphiques. De là, les pistes m’apparaissent parfois impossibles à suivre, tant l’étendue de leur potentiel artistique est vaste. Alors que les images défilent à l’excès, tournent, apparaissent, resurgissent pour parfois me lasser, soudain… je sais que c’est celle-ci, puis je décide que ce sera aussi celle-là et encore une autre.

L’acte créateur est dans le choix autant que dans la détermination.

Mon besoin d’art existe dans le risque d’observer et de choisir les images qui dans leur superposition finiront par affirmer que c’est elle, enfin, cette « être-œuvre » parmi tant d’autres.

Mixtes 2012-2013

Série : Et soudain...l'instant d'après

Cette série des recherches numériques et picturales aurait pu s’intituler « Esthétique du souvenir » mais la préférence s'est portée sur « Et soudain… l’instant d’après.... ». Car c’est en effet un ensemble de propositions artistiques qui parlent de souvenirs qui est proposé, mais loin d’être seulement des souvenirs de voyages ce sont également et surtout, des prises de vues… des instantanés de la vie.
A partir de ces photographies, considérées comme des croquis ou plus précisément comme des traces de l’instant, le spectateur est invité à passer de la réalité des formes, à l’étrangeté d’une scène théâtralisée par un geste pictural et une métamorphose numérique.
Avec un certain maniérisme, lié à la gestualité et à la volonté perpétuelle de frotter, de rayer, d’effacer et de suspendre la réalité : les scènes de vie figurées disparaissent pour laisser apparaître la nostalgie du moment d’après… ce moment qui éparpille les odeurs, les couleurs, les formes… et se volatilisent avec le temps.
Il s’agit donc, grâce aux clichés d'un téléphone portable non pas de restituer l’authenticité d’un personnage, d’une architecture ou d’une scène de vie, mais bien de capter l'essentiel des choses, celles qui dans l’instant d’après constitueront le souvenir.

Mixtes 2010-2011

Mixtes 2008-2009

©2013-17 florencepoiriernkpa.com - Tous droits réservés.
Une réalisation idimweb.com